Dimension sociale : Égalité femmes-hommes

02 mar
02/mar/2018

Dimension sociale : Égalité femmes-hommes

Votez pour nommer 3 nouveaux bâtiments de votre campus !

La direction de l’INSA Lyon vous sollicite pour baptiser la plateforme moteur, aujourd’hui en activité, la Tour D et son amphithéâtre, bientôt livrés.

4 noms, 4 femmes aux destins exceptionnels :

Élise DEROCHE (1882-1919) Aviatrice
Après avoir commencé une carrière dans le monde de l’art, entre théâtre, peinture et sculpture, Élise Deroche, dite baronne Raymonde de Laroche, s’initie au pilotage. Le 8 mars 1910, elle devient la première femme à obtenir un brevet de pilote d’avion. Elle se spécialise dans les vols d’altitude, et bat à deux reprises le record féminin dans cette catégorie. Elle trouve la mort en juillet 1919, au cours d’un vol d’entraînement.

Jacqueline FERRAND (1918-2014) Mathématicienne
En 1939, Jacqueline Ferrand devient l’une des premières femmes agrégées de mathématiques en France. Elle travaille à l’École Normale Supérieure de Sèvres, où elle est chargée notamment de développer l’enseignement des mathématiques pour les jeunes filles, afin de l’amener au même niveau que celui des garçons. Elle rédige des dizaines de publications, principalement en analyse et en géométrie. À presque 80 ans, en 1996, elle parvient à démontrer le théorème qui répond à la question de Lichnérowicz.

Clémence Augustine ROYER (1830-1902) Philosophe et Scientifique
À la mort de son père, alors qu’elle n’a que 19 ans, Clémence Royer doit travailler comme gouvernante. En autodidacte, elle commence alors à apprendre l’anthropologie, la biologie ou la philosophie à partir des ouvrages qu’elle trouve dans les bibliothèques de ses employeurs. Figure du féminisme, elle se bat pour l’instruction des femmes. C’est à elle que l’on doit la première traduction en français de L’Origine des espèces de Charles Darwin en 1862. Le 17 novembre 1900, elle est décorée de la Légion d’Honneur.

Amalie Emmy NOETHER (1882-1935) Mathématicienne
Spécialiste allemande d’algèbre abstraite et de physique théorique, reconnue dans le monde entier pour ses connaissances, cette enseignante de mathématiques passionnée doit pourtant faire face à l’arrivée au pouvoir des nazis et aux règlements universitaires misogynes, notamment au point de devoir dispenser ses cours sous un nom d’homme. Entièrement dévouée aux mathématiques et à ses élèves, elle a également découvert le théorème fondateur qui porte son nom aujourd’hui, avant de mourir brutalement à 53 ans.

 

ACCÉDEZ AU VOTE !